Terreau, fumier ou compost

Terreau, fumier ou compost : lequel utiliser ?

Prendre soin de son jardin n’est pas une tâche anodine. Il faut bien analyser les différents fertilisants, dont le compost, le terreau et le fumier. Selon les dernières études, le compost s’avère être le fertilisant le moins risqué pour le sol.

La tendance des fertilisants

Beaucoup de particuliers ont fait le choix du bio pour leur alimentation. Un tel choix s’accompagne souvent de la recherche de l’auto-consommation en fruits et en légumes et donc au recours à un potager domestique qui écarte les engrais chimiques. Néanmoins, cette culture implique le choix difficile du bon fertilisant pour améliorer la qualité du sol.

Le compost, la tendance écoresponsable

Faire son propre compost est devenu un phénomène à la mode, surtout pour les particuliers à la recherche d’un mode de vie écologique.

Cette tendance est accentuée par la facilité de fabrication du compost. Il s’agit en effet d’un mélange de déchets organiques et de marc de café. Créer son propre fertilisant est ainsi rentré dans les mœurs.

Lorsque vous le mélangez à la terre, la qualité de votre sol va s’améliorer. Cela est dû à l’humus contenu dans le compost.

Attention au terreau

Contrairement au compost, le terreau est un support de culture prêt à planter. C’est une combinaison de minéraux et de matières organiques qui change en fonction de la plante et de l’usage. Les magasins de jardinage et de bricolage vendent du terreau prêt-à-l’emploi pour les différentes cultures : plantes d’intérieur, fleurs d’extérieur, semis de gazon de pelouse, légumes… Y sont aussi commercialisés des sacs de tourbe.

Tous les terreaux ne se ressemblent pas. Certains sont issus de l’argile, d’autres du sable et d’autres enfin de la fibre de bois. Vous trouverez même des terreaux provenant d’écorces.

Le mélange des ingrédients au niveau du terreau ne se fait pas au hasard. Chaque élément a un rôle bien déterminé dans la croissance de vos plantes. Néanmoins, il faudra toujours penser à aérer votre terreau pour une meilleure redistribution de l’eau.

Le fumier, le fertilisant ancestral

Pour ce qui est du fumier, il est plus facile de s’en procurer à la campagne. Cette matière est, en effet, facilement accessible à proximité des exploitations agricoles, des élevages ou des haras.

Il provient, en règle générale, des excréments des gros mammifères (vache, cheval…). La litière de ces animaux se révèle naturellement une excellente source de nutriments pour la terre et par conséquence pour la croissance et la bonne santé des végétaux.

Le fumier contient trois éléments nutritifs nécessaires à la croissance d’une plante : le potassium, le phosphore et l’azote.

Néanmoins, à l’image du terreau, tous les fumiers ne sont pas compatibles avec tous les types de sols. Il faut avoir une certaine connaissance du terrain et des plantations pour bien l’analyser et connaître les aspects à améliorer.

Niveau sanitaire, le fumier doit être évité si les produits issus du potager sont consommés par une femme enceinte. Les fruits et les légumes risquent d’être contaminés par la listeria ayant pollué la terre.

Le compost, le moins risqué

En dépit de leurs avantages indiscutables pour votre potager, terreau et fumier peuvent présenter certains risques.

Ces risques s’articulent principalement autour des difficultés d’adaptabilité de vos plantations à vos sols.

Le compost se démarque en revanche par ses nombreuses vertus et ses risques quasi inexistants. Il se distingue, ainsi, par son coût, son aspect écologique et sa vertu pédagogique.

Le coût du compost

Totalement gratuit, le compost provient du mélange des déchets organiques ménagers, de feuilles et de paille. C’est un fertilisant 100 % naturel issu de la décomposition des restes de fruits et de légumes.

Il s’agit généralement d’un processus qui prend du temps. La formation d’humus, dont se nourrissent les plantes, à l’intérieur du compost, ne se fait pas rapidement.

En raison de son coût, cette pratique est aujourd’hui de plus en plus courante. Il faut trouver le bon emplacement dans son jardin et se lancer dans la création d’un tas de compost.

==>  Découvrez les meilleurs composteurs de jardin

Il est également possible de se fabriquer son bac à compost à partir d’un kit prêt à monter. Un large gamme de composteurs sont, ainsi, disponibles sur le marché. Pour rester fidèle à l’aspect 100 % économique de cette expérience, vous pourrez construire vous-même votre composteur.

Certaines mairies distribuent des composteurs pour encourager la population à utiliser cette solution écologique.

L’aspect écologique du compost

Le compostage a une action directe sur la diminution des déchets ménagers. Environ la moitié de ces derniers peuvent finir dans votre compost.

Vous limiterez également les activités liées au ramassage et au transport des déchets. C’est une approche 100 % écoresponsable répondant aux nécessités de notre ère.

L’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, l’Ademe, encourage cette pratique en raison de son impact écologique immédiat.

Grâce au compostage, certaines villes et communes d’Europe projettent d’atteindre le zéro déchet. Elles multiplient, ainsi, les campagnes de sensibilisation sur les avantages de cette pratique.

La vertu pédagogique du compost

Le compostage pour les particuliers est généralement une activité qui se fait en famille. Préparer son compost nécessite une opération préalable, celle relative au tri des déchets.

Il vous sera, en ce sens, plus facile et évident de trier vos déchets et d’alimenter votre composteur avec vos enfants. Vous profiterez de l’occasion pour les sensibiliser à la maison aux avantages de cette pratique de génération d’un engrais naturel sur le développement durable.